Décès de Guy Madern

Nous venons d’apprendre le décès du Président de l’Amicale des Maquis de Vabre, survenu hier soir, 9 avril, en son domicile toulousain.

Âgé de 96 ans, il était le dernier résistant tarnais vivant des Maquis de Vabre, et le dernier maquisard de l’Amicale. Nous transmettons à son épouse et à sa famille nos plus sincères et nos plus profondes condoléances, que nous ne manquerons pas de renouveler de vive voix à ses obsèques qui se dérouleront en terre maquisarde, vendredi prochain.

Guy Madern

Pendant la seconde guerre mondiale, la famille Madern habite déjà Campguilhem, près de Viane dans le Tarn, à proximité du maquis de La Malquière. Lorsque Guy Madern (né en 1923) fuit les chantiers de jeunesse, c’est à Campguilhem, chez ses parents, qu’il va évidemment se réfugier. Mais les gendarmes, déjà au courant de sa désertion, y sont passé avant lui. Alors il rejoint le maquis, La Malquière, à deux pas de chez ses parents, dans la montagne tarnaise.

Le hameau de Campguilhem est, avec Mme Madern mère, le lieu où les maquisards de La Malquière, juifs réfugiés pour la plupart, se ravitaillent, lavent leur linge, … Campguilhem, c’est aussi l’infirmerie du Maquis, là-même où j’ai posé mes pas, 70 ans plus tard, pour échanger avec Guy, recueillir un ènième témoignage de sa part ! A 95 ans, il me raccompagnait encore jusqu’à ma voiture, en bas d’un escalier bien incertain, pour m’entourer de sa chaleur.

Guy sera inhumé au cœur de cette histoire, isolé dans une terre de résistance, historiquement protestante avec ses cimetières familiaux. Il ne doit pas finir oublié…

T. Denis