Correspondance du renseignement

Note émise par le service de renseignement du D.M.R.

L’écriture en lettres majuscules est faite pour que l’écriture, et donc l’auteur, ne soit pas reconnue.

Message de Pierre IV à Paul Roux

 

16.7.44
PIERRE IV A PAUL ROUX
MELLE ANDRÉ [XXX], D’ALBI(?) VIENT DE PERCEVOIR 100.000 FRS DE LA GESTAPO.
ELLE DOIT CONTACTER LE MAQUIS ET DONNER DES RENSEIGNEMENTS.
BUT : OPÉRATION GÉNÉRALE CONTRE COMMT DURENQUE, PATRICE ET PAUL ROUX.
CE SERAIT [XXX] QUI AURAIT FAIT SAUTER L’OFFICE DE PLACEMENT ALLEMAND ET LE FIANCÉ DE LA JEUNE FILLE SERAIT AU MAQUIS, DANS LE GROUPE GUITARD PENSE-T-ON.
RENSEIGNEMENT SÛR

Note émise par le Commandement F.F.I. départemental

Note de renseignement

 

le 3 juillet 1944.
Il m’est signalé la présence dans mes rangs d’un dénommé [XXX], domicilié à Albi, près du Florida, avenue Dembourg. Cet individu est descendu à Albi puis remonté dans le maquis.

Il serait plus vraisemblablement chez Patrice.

Il fait partie de la Milice et est particulièrement dangereux.

Destinataires :

PATRICE
PAUL ROUX
ARMAGNAC
COUCERO

Pr Durenque :

NIMES

Mouvement de la Libre Allemagne

Document du Service de Renseignement du D.M.R., composé de deux feuilles de papier pelure (la 1ère en mauvais état, non reproduite ici).

Titre : « L’Adjoint du Chef de Secteur André au Chef du S.R. – Renseignements recueillis à Castres le 3 Août 1944« .

Note : les archives « renseignement-police » du C.F.L. 10 n’ont en général conservé que les renseignements touchant le Tarn (mises en garde, sabotages, circulation des troupes allemandes). Ici, un des paragraphes (numéroté 10) du document et titré « MOUVEMENT DE LA LIBRE ALLEMAGNE » présente un intérêt d’ordre politique et militaire plus général. Il indique chez les allemands l’existence d’un mouvement clandestin d’union antinazie que les services du D.M.R. cherchent à épauler dans le Tarn.

Au bas de la 1ère feuille figure :

[…]10° Mouvement de la libre Allemagne.

J’ai pris contact avec le représentant du mouvement de la libre Allemagne à qui j’ai remis une première mensualité de 2000 frcs, un second versement étant prévu après l’accord conclu avec le chef du S.R. Remis les tracts de propagande parachutés, les journaux soi-disant clandestins ont été jugés particulièrement utiles.[…]

Note du S.R. du D.M.R. : deuxième feuille traitant du « Mouvement de la Libre Allemagne »

………

Renseignements sur le mouvement :

a) – Composition : les adeptes du mouvement se recrutent surtout parmi les mouvements politiques de gauche, hostiles à HITLER : communistes, sociaux-démocrates, « chrétiens ». Il semble qu’il existe une sorte de convention avec les Junkers et partis d’extrême-droite. L’attentat contre HITLER aurait été fomenté par les Junkers, et non par les partis de gauche. Mon interlocuteur pense que cette « union anti-hitlérienne » durera jusqu’à l’effondrement des nazis. A ce moment, chaque groupe politique reprendra son indépendance, avec ses aspirations particulières.

b) – Organisation : Il ne m’est pas possible de vous donner les noms des principaux dirigeants du mouvement en Allemagne et en France. Il s’agit de cellules comparables à celles du parti communiste, dans lesquelles les membres connaissent uniquement leur Chef Direct. En Allemagne les membres se recrutent dans la classe ouvrière aussi bien que dans la classe paysanne. Un certain nombre de recruteurs (sans doute des exilés politiques) sont partis de France pour l’Allemagne.

Dans le midi de la France, le mouvement n’a pas encore beaucoup d’ampleur. Le propagandiste que j’ai vu à CASTRES n’est dans la région que depuis quelques semaines, mais il m’a affirmé qu’un accord était intervenu entre les dirigeants du mouvement et l’État-major F.F.I. J’aurai des renseignements complémentaires à ce sujet.

c) – Buts du mouvement : En premier lieu, but commun à tous les organismes de résistance : anéantissement du parti nazi.
Deuxième but : Paix avec les Alliés
Troisième but : Établissement en Allemagne d’un régime démocratique

d) – Moyens d’action : Tracts et journaux édités par le mouvement et distribués aux troupes. Propagande orale auprès des soldats et même de certains officiers.

e) – Utilité du mouvement pour la résistance française : Désagrégation du moral des troupes d’occupation (ce moral est d’ailleurs assez bas à la suite des événements récents).
Renseignements d’ordre militaire ou politique. Pour l’instant, notre informateur n’a pas encore suffisamment de relations parmi les soldats allemands pour nous communiquer des renseignements précis. Mais il espère prouver sa bonne foi et son utilité dans un proche avenir.

L’adjoint au Chef de Secteur,
ANDRÉ.

Publicités