Mariage au maquis

Un maquisard épouse une réfugiée

Mariage à Camp Soleil le 29 juillet 1944, d’Isabelle Leray et de Louis Cèbe, célébré par le pasteur Robert Cook.

L’assistant Pierre Boyer (3ème en partant de la droite), adjoint au maire de Vabre, porteur du registre d’état-civil, atteste que la mariage civil a été enregistré selon la loi.

Le pasteur Cook a choisi comme texte de prédication celui proposé sur ces lieux mêmes pour un des 17 mariages clandestins célébrés au temps des « dragonnades ».

RÉCIT D’UN MAQUISARD APPELÉ GRIZZLY
QUI DE SA GROSSE PATTE MALADROITE ESSAIE DE VOUS RELATER
QUELQUES FAITS D’IL Y A 50 ANS

En effet, il est difficile de croire qu’en pleine période de résistance un Grizzly puisse épouser une Hirondelle, appelée Isabelle, comme le dit le Maire Monsieur BOYER à la Mairie de VABRE dans son discours que voici :

Mes chers amis,

Je ne m’explique pas comme une aimable Havraise a pu venir rejoindre dans son repaire un homme des bois, une espèce de sauvage…

L’amour a de ces raisons que la raison ne comprend pas. Peut-être étiez-vous venue, Madame, comme une nouvelle hirondelle, nous annoncer, de Normandie, un nouveau printemps de liberté et vous êtes-vous laissé prendre dans les filets de l’oiseleur ?

Peut-être, en Normande avisée, vous êtes-vous dit que, pour bâtir un foyer de bonne résistance, il fallait l’appuyer sur du bon réfractaire ?

Au fait, peu importe : comme je vous l’ai déjà dit, je connais Loulou de longue date et je sais que vous prenez un brave garçon. Je ne doute pas un instant qu’il ait fait un choix plus heureux et je vous présente mes meilleurs voeux à tous deux.

Aujourd’hui oublions les soucis. Maintenant que vous êtes unis par la loi, partez vite faire bénir votre union, là-haut sur la montagne; montez vers le champs du soleil, vers la lumière, vers le bonheur. Ce 29 juillet 1944.

Donc, ce matin là, Isabelle perchée sur une bicyclette prêtée par un voisin, file comme le vent, sur la route de Ferrières à VABRE pour rejoindre son futur maquisard de mari. Il faut dire, que si cette union a pu se faire, c’est grâce au Pasteur COOK, à Guy De ROUVILLE, au Capitaine COMBES, à notre Lieutenant GABY, et, à tous les amis maquisards.

Brèves cérémonies à la Mairie et au temple, où Robert COOK nous a accueillis avec sa gentillesse habituelle. Pendant ce temps, le maquis gardait les entrées du village pour éviter toute incursion Allemande.

A la sortie de la Mairie, où nous avons été unis, pour le meilleur et pour le pire (le pire étant passé nous vivons le meilleur) nous obéissons tous à l’invite de Monsieur BOYER, nous montons tous, amis et maquisards vers Camp soleil pour une émouvante cérémonie religieuse. Après cela, buffet champêtre, malheureusement, une charrette, chargée d’un tonneau de vin n’est jamais arrivée, au grand désespoir de tous les amis réunis, cela n’a pas empêché, grâce à cette amitié qui nous unissait tous, que règne une franche gaité ce jour là…

 

Louis CEBE dit GRIZZLY