Du commandement de secteur (C.F.L. 10)

Après la prise de commandement effective de la zone A par un officier d’active (P. Dunoyer de Segonzac, remplaçant Charles d’Aragon) la mobilisation des maquisards au combat est confiée directement à l’adjoint de Pol Roux, Henri Combes alias Campagne, ancien combattant de 14-18 et capitaine de réserve très expérimenté. Il sera assisté par Pierre Hoepffner alias Honcourt, lieutenant d’active, connu comme ancien instructeur à l’école d’Uriage et spécialisé dans le renseignement (alsacien, il parle allemand). Le partage des tâches et les liens avec les autorités civiles et militaires se font d’autant plus facilement que Pol Roux, Campagne et même Honcourt sont au P.C. à Vabre, se voient journellement et vivent sous double identité.

Notes du Capitaine Campagne

Henri Combes / Campagne est adjoint militaire du chef de secteur. Cf. Organisation militaire du C.F.L. 10.

Note de service à tous les chefs d’unité

13 juillet 1944

NOTE DE SERVICE A TOUS LES CHEFS D’UNITÉ

Brassards. – Voulez-vous retourner immédiatement au P.C. les brassards kaki à Croix de Lorraine qui ne sont plus valables et qu’il faut modifier.

Discrétion. – Toutes les notes qui nous viennent sont toujours secrètes et destinées seulement aux Chefs d’Unité ou de leurs Adjoints, en l’absence de celui-ci. Elles ne doivent jamais rester en archives une fois que les ordres ont été exécutés ; il est trop dangereux de laisser des notes rédigées en clair. D’autre part, je constate bien souvent que les garçons que vous avez sous vos ordres, s’occupent de connaître tous les détails, dites leur que si nous devons vis-à-vis d’eux garder le secret sur beaucoup de choses, c’est surtout pour que s’ils étaient pris, ils ne puissent par des tortures être tentés de dévoiler des dispositifs qui nuiraient à d’autres. La guerre que nous menons est particulière, elle demande pour les combattants qui y prenne part, l’invisibilité, le silence et souvent même l’oubli, jusqu’au moment où nous pourrons nous découvrir complètement.

Le Capitaine.
CAMPAGNE.

Note du Capitaine Campagne

28 juillet 1944

Lt Germain
spécial
Thérondel

Le Capitaine CAMPAGNE
au Lieutenant GERMAIN
[Guy Palausi]
et au Chef JACQUES
[Jacques Desazars]

D’après des renseignements très sérieux, une attaque, avec accompagnement de chars, et peut-être d’aviation, est prévue pour demain matin à l’aube.

Dès la pointe du jour, occuper les emplacements de combat que vous avez prévus en bordure des bois dominant Luzière et [?]abouriate. Mise en place terminée à 5 heures 30, de façon à couvrir les avancées de Bourion et à pouvoir vous replier sur Campsoleil et le bois de Montagnol, ainsi qu’il a été prévu. Aucun homme ne doit être visible, et l’ennemi doit passer sans vous apercevoir. N’engager le combat que sur attaque directe. Se borner à retarder l’ennemi, et se replier par échelon successifs sur le point prévu. Donner aux hommes toutes le munitions possibles, ainsi que les vivres et le strict nécessire pour combattre.

Le P.C. sera transféré dès demain matin à la Daureillé où tous renseignements doivent être adressés.

Le lieutenant GERMAIN, indisponible, rejoindra Vabre ou restera dans une ferme, passant le commandement à JACQUES.

Le Capitaine :
CAMPAGNE.

Reçu 1 h 30

Note du Capitaine Campagne

Le 7 août 1944

Le Capitaine CAMPAGNE a le regret de faire connaître aux Unités du secteur la mort du Lieutenant CHEVALLIER, Commandant la 1ère Compagnie, décédé à la suite des blessures reçues au cours de l’engagement avec l’ennemi.

Le Lieutenant CHEVALLIER est le premier Officier du Secteur 10, tombé au Champ d’Honneur, face à l’ennemi, pour la libération de la France.

Que sa mort augmente encore si possible notre résolution de combattre jusqu’au bout, pour chasser l’envahisseur et pour venger ceux qui sont tombés.

Le Secteur 10 a reçu le baptème du feu dans la journée du 5 août.

Une colonne ennemie forte de 18 voitures dont au moins 8 blindées est rentrée en contact avec les hommes de la 2ème Section de la 1ère Compagnie, en embuscade.

Malgré la disproportion des forces en présence, l’ennemi a été attaqué; au moins une de ses voitures a été endommagée et plusieurs de ses hommes blessés. Après avoir mitraillé et cannonné ses positions, l’ennemi n’a pas osé passer à l’attaque directe et s’est replié, nous laissant maître du terrain.

Je tiens à féliciter les hommes de la 2ème Section du cran qu’ils ont montré et suis sûr que les hommes des autres Unités auraient montré le même courage, s’ils s’étaient trouvés engagés.

Malheureusement le Lieutenant CHEVALLIER a reçu des blessures mortelles. Le Lieutenant BONCOURT, le chef JEAN et le soldat KISSIENNE ont été touchés : ce sont les premiers hommes blessés ou tués au cours d’un combat.

Nous les vengerons.

Note du Capitaine Campagne

F.F.I.
Sect. 10

19 août 1944
10.00 h.

Capitaine Campagne à Lieutenant Germain [Guy Palausi]

Embuscades : Le Capitaine Castelnau va voir avec vous la possibilité de faire quelques embuscades sur la route Brassac Castres avec des arbres abattus.

Junker 88 : Il est absolument inutile d’envisager de faire descendre le Junker qui passe le soir au-dessus de chez vous. Vous n’avez aucun moyen de viser correctement pour un tir anti aérien et l’avion vole quand même à un minimum de 600 m. du sol à une vitesse de 200 à 300 km/heure. La seule chose que vous risqueriez de faire c’est de vous faire arroser de balles à son passage et à son prochain passage de recevoir quelques bombes, et si ce n’est pas vous ce sera le village du Cros. De toutes façons, vous serez repérés. Je vous demande donc de ne pas faire cette embuscade. Les mitrailleuses qui ont abattu l’avion à la Montagne Noire possédaient des viseurs spéciaux.

P.O. Lt. Honcourt

Notes de François

Comme la plupart des notes touchant l’administration intérieure du C.F.L. 10, les notes suivantes sont signées François (Harlant), adjoint du chef de secteur. Cf. Organisation militaire du C.F.L. 10.

Objets divers indispensables…

Note aux chefs de section des divers groupes de maquisards (La Roque, Lacado, Campsoleil, La Daureilhé, Lacan, …)

Le 30 juin 1944

L’adjoint du Chef de Secteur FRANCOIS,
aux Chefs d’Unités

CHAUSSURES. – Veuillez nous faire parvenir un état des hommes ayant touché des chaussures neuves. Récupérer les brodequins usagés mais réparables, qui cessent d’être personnels et, devenant la propriété du secteur, doivent être envoyés à Vabre pour être réparés et réaffectés.

MINOTIERS. – Interdiction de toucher aux camions des minotiers étrangers ou non au secteur, qui doivent pouvoir circuler librement.

AUTORISATION DE CIRCULER. – La voiture de M. Cassan, boulanger à Albi (Latil, Gazo, n° 4929 XV 3) est autorisée à circuler dans le secteur pour le transport du bois de boulange.

PARACHUTAGE. – Récupérer et renvoyer à Vabre tous les emballages du parachutage (toiles, cordes, lanières, parachutes, etc…) sauf les containers en bois ou en métal.

REQUISITIONS. – Les réquisitions (denrées, véhicules, …) doivent être effectuées uniquement sur l’ordre des intendants. Toute infraction sera punie.

VEHICULES ET MATERIELS. – Adresser d’urgence un état des véhicules et du matériel en compte.

RAPPEL de la note du 27 juin sur les effets, chaussures, liaisons

Du travail pour les espagnols…

Objet de la note : Approvisionnement en charbon de bois pour les véhicules à gazogène du C.F.L. 10. Mais surtout, ne pas mettre au chômage de la main d’œuvre espagnole. Les espagnols, réfugiés en France depuis la guerre d’ Espagne risquaient de reprendre le chemin des camps où ils avaient été parqués après la débâcle des armées républicaines (1938) dans des conditions matérielles précaires. La Chambre d’Agriculture du Tarn et d’autres organismes économiques ou sociaux leur permettaient de sortir des camps en leur proposant de l’embauche.

Note à l’Intendant NANETTE

Le 30 juin 1944

L’adjoint du Chef de Secteur FRANCOIS,
a l’Intendant NANETTE [Maurice Mirouse].

Question concernant les entreprises de carbonisation qui emploient des espagnols « Les bois étuvés » et « Marcel CABROL ». Je viens de voir Pierre CALEADA dont je vous ai parlé, et qui me signale que son entreprise, les bois étuvés, veut congédier tout son personnel sous prétexte qu’il n’y a pas suffisamment de travail. Il faut leur faire comprendre que nous allons leur acheter le charbon et le bois pour gazogène en le payant à la taxe, mais que nous leur interdisant formellement de congédier le personnel espagnol. Vous pouvez dès maintenant leur passer une commande de 20 tonnes de charbon de bois et de 10 tonnes de bois à livrer immédiatement et payable au comptant. Cette commande est à répartir entre les 2 entreprises. Je vous indiquerai ultérieurement les points de chutes.

Je vous serai reconnaissant de régler cette question au plus vite. Il sera indiqué que vous preniez contact avec Mr. C. pour discuter les questions de prix et autres.

Approvisionnement des colonies de vacances…

Les colonies de vacances se multiplient sur le territoire du secteur C.F.L. 10 après la fermeture des classes dans les villes. L’intendance du Préfet du Maquis doit faire face à cette augmentation de population enfantine à un moment où des combats risquent de se produire sur le terrain. Le village d’Espérausses est très proche du terrain de parachutage Virgule.

Note à l’intendant d’Espérausses

11 juillet 1944

L’adjoint du Chef de Secteur FRANCOIS,
a l’Intendant d’Espérausses.

Viande. – Prière de transmettre à M. CULIE l’avis suivant :

« Augmenter la valeur des Bons d’Approvisionnement en viande remis par la Colonie des Jeunes Filles d’Albi, résidant à Espérausses, dans la proportion où est augmentée la valeur des tickets mensuels du ravitaillement.

Même ordre en ce qui concerne tous les camps de vacances. »

L’Adjoint du Chef de Secteur :
FRANCOIS.

Publicités