Robert Gamzon (1905-1961)

Robert Gamzon

dit Castor, dit Lagnès
Commandant de la 2ème Compagnie du C.F.L. 10
Croix de guerre 1940 et 1944, Officier de la légion d’Honneur
Ingénieur École Supérieure d’Électricité, fondateur des E.I.F.

1905 Naît à Lyon. Sa mère est fille d’Alfred Lévy, Grand Rabbin de Paris
1923 Très jeune, fonde le mouvement scout des Éclaireurs Israélites de France avec l’appui de l’écrivain Edmond Fleg.
Mariage Castor soucieux épouse Denise Lévy Pivert cheftaine E.I.F. Ils auront trois enfants dont le dernier né à Castres en 1943.
1937-1939 Se spécialise en électro-acoustique, est chargé de la sonorisation de l’Exposition Universelle de Paris (1937).
Septembre 1939 – Avril 1940 La « drôle de guerre ». Mobilisé. Il monte à Paris un orchestre de musiciens professionnels, réfugiés juifs étrangers, en grande précarité financière.
Mai-Juin 1940 Campagne de France. Officier de transmission en amont de Reims. Après accord ministériel obtenu par téléphone, fait sauter avec des camarades le grand central téléphonique souterrain de la ville et échappe à la dernière minute aux motards allemands.
Juin 1940 Passe en zone libre. Fonde des maisons pour enfants juifs réfugiés et des centres ruraux agricoles scouts, agréés par Vichy, dont un à Lautrec dans le Tarn. Aidé par sa femme qui forme en assistantes sociales agréées des cheftaines E.I.F.
1941-1942 Révoqué comme juif de son grade d’officier français. Aide à la formation de la « sixième », filière d’évasion d’enfants et de faux-papiers.
Eté 1942 Rafle du Vel-d’Hiv. à Paris. Rafles aussi en zone « libre » dont Lacaune. Prend contact avec le scoutisme E.U. de Vabre (Pasteur Robert Cook, Guy de Rouville) pour évacuation possible du centre agricole de Lautrec sur maquis d’attente.
Fin 1943 Maquis de la Malquière. Parmi les maquisards, plusieurs officiers juifs dont Gilbert Bloch et François Lévy, tous deux polytechniciens.
Juin 1944 Castor soucieux, alias Henri Lagnès, délégué au secrétariat à la Jeunesse de Vichy, monte lui-même au maquis et redevient Robert Gamzon.
Juin-Août 1944 Capitaine, commande la 2ème Compagnie des Maquis de Vabre. Gravement blessé en service commandé après la Libération du Tarn.
1949 Part en Israël avec sa famille. Crée un « gar’in », noyau d’un futur Kibboutz. Reprend son métier d’ingénieur acousticien. Invente un haut-parleur « isophase ». Sa femme Denise devient maître de conférence de Littérature française à Tel-Aviv.
1961 Décès accidentel.

Mon cher Gamzon,

Je vous confirme ce que je vous ai dit trop rapidement hier : votre unité s’est battue comme se battent depuis toujours les meilleurs soldats français; leur attitude au feu a été belle, les résultats qu’ils ont obtenus ont dépassé mon attente. […]

Je vous demande de bien vouloir transmettre mon admiration à votre escadron, très simplement.

Permettez-moi enfin de vous dire que cet escadron doit infiniment à l’apôtre magnifiquement dévoué que vous êtes. Au dévouement, vous ajoutez un courage peu banal.

J’ai demandé pour vous une citation à l’Ordre de l’ Armée.

 

Lettre du Commandant Dunoyer de Segonzac, après la prise du train de Mazamet

Publicités