Sur le mur d’enceinte…

… de l’ancien hôtel Biau à Vabre, il y a cette plaque

Plaque à l’Hôtel Biau, inaugurée le 7 juin 1999

qui dit :

« L’hôtel Biau a accueilli dès le 6 juin 1944 au mépris du danger, le bureau de recrutement du Maquis de Vabre jusqu’à fin juillet et a logé plusieurs des chefs de la Résistance dont : le Général Revers/Thénard, Rebattet/Cheval, Jamme/Castor venus rencontrer le D.M.R. Schlumberger/Droite à son P.C. de Bourion. »

Le général Revers, dit « Thénard », était le chef national de l’O.R.A. Georges Louis Rebattet, dit « Cheval », était à cette époque chef national Maquis chargé de la coordination des F.F.I. des régions R3, R4 (Toulouse), R5 et R6. André Jamme, dit « Castor », du B.C.R.A, était le chef des saboteurs de la R4.

Si vous passez à Vabre, vous pourrez la voir à cet endroit.

 

 

Robert Esquenazi

Le 6 août 1944, le commando américain OSS PAT (15 hommes) est parachuté sur Virgule, le terrain des Maquis de Vabre. Dans ses rangs, Roberto Esquenazi, cubain, qui se blesse à la réception. Il sera soigné, hébergé, caché par la famille Rouville jusqu’à la libération. Sur cette photo, il est avec Odile de Rouville sur la terrasse de leur maison à Vabre. Rentré chez lui, il publiera « Mémoires d’un étudiant soldat » (hélas en espagnol) à La Havane en 1951. Ce que nous découvrirons des dizaines d’années plus tard, grâce aux contacts par notre site web (mais après son décès en 2004).

Odile de Rouville et Roberto Esquenazi, 1944

Après la guerre, il fut professeur de littérature espagnole et latine : https://nebraskaauthors.org/authors/roberto-esquenazi-mayo

Dans ce grenier…

… du château de Bousquet (Saint-Pierre-de-Trivisy), autrefois compartimenté en chambres, fut caché Robert Esquenazi, membre du commando OSS PAT parachuté sur Virgule le 6 août 1944, et blessé à la réception.

 

Grenier du château de Bousquet, 2018 – photo © Tristan D.

Robert [Esquenazi] est resté dans une chambre du grenier, surveillé par Jérémie le jardinier, jusqu’à la Libération de Castres. On a caché son uniforme, en cas de danger, il prétendait facilement qu’il était un ouvrier espagnol car il était cubain. Je montais tous les jours lui donner des nouvelles de la guerre.

 

Odile de Rouville

Stèle du terrain de parachutage Virgule

Stèle de Virgule – Maquis de Vabre / CFL 10 – Viane
"De la Chouette au Merle blanc, le chargeur n'a que vingt balles"
Le B.C.R.A. a fait parachuter par des aviateurs anglais venus de Blida,
du 25 juin au 8 août 1944, un commando américain de 15 hommes,
le Major Davies, le Commandant Plagne, des radios pour le D.M.R.
des armes et des munitions pour nos maquis.

Ajoutons qu’il y eut aussi dans les containers largués, de l’argent, du chocolat et du tabac. Ce qui était bon pour le moral des maquisards.

Localisation : https://www.openstreetmap.org/?mlat=43.7177&mlon=2.5656#map=14/43.7177/2.5656

 

Stèle du maquis de Laroque

Stèle du maquis de Laroque, Maquis de Vabre / CFL 10, Lacaze
Passant
Accorde une pensée aux sept combattants du C.F.L. 10 - Maquis de Vabre
Tombés ici le 8 août 1944 pour que tu vives libre.
                   ---
Lieutenant Gilbert BLOCH, dit PATRICK, 24 ans,
Roger GODCHAUX, 21 ans,
Idelfino CAVALIERO, 24 ans,
Rodolphe HORWITZ, 18 ans,
Gabriel SICARD, 23 ans,
Henri BERNARD, 21 ans,
Victor CELESTIN, 24 ans.

Localisation : https://www.openstreetmap.org/?mlat=43.7282&mlon=2.5272#map=15/43.7282/2.5272

 

 

Une forme d’universalité ?

Image symbolique de ce que furent les Maquis de Vabre, au travers de Robert Cook (photo), pasteur protestant de Vabre, aumônier des maquis, animateur du Club Athlétique Vabrais (basket), et Juste parmi les Nations !

Robert Cook

Le Petit train

En 1943, pour les actualités de l’époque, Albert Mahuzier et Marcel de Hubsch tournent un petit documentaire sur le « Petit train » (ainsi qu’il est appelé sur place), qui va de Castres à Murat-sur-Vèbre, au travers des Monts de Lacaune. Le commentaire bon enfant, qui vante ce petit coin de France, ne dit évidemment rien de son usage pour les résistants, les réfugiés, l’approvisionnement, … et même pour les communications téléphoniques des Maquis de Vabre qui passent par les fils le long de la voie. Car le « Petit train » traversait tout le territoire du CFL 10. Guy de Rouville participa à l’écriture du synopsis de ce film, baptisé « Le Tortillard », probablement plus évocateur.