Hommage du 27 octobre 2017

Le 27 octobre 2017, l’Amicale des Maquis de Vabre et la Société des Amis du Pays Vabrais (SAPV), organisent une soirée d’hommage au « Maquis Pol Roux », avec Guy Madern (Président de l’Amicale, maquisard de la 2ème compagnie) comme invité d’honneur.

« Maquis Pol Roux » est le nom sous lequel cette organisation de résistance fut officiellement intégrée en décembre 1943, aux Forces Françaises de l’Intérieur. L’appellation « Maquis de Vabre » sera celle qui restera sous l’impulsion de Pol Roux lui-même.

1ère partie de soirée

De 18 à 20h, entrée libre :

 

Le public vient nombreux…

 

… repoussant les limites de la salle.

Michel Cals ouvre la soirée. Il présentera ensuite un long diaporama retraçant l’histoire des Maquis de Vabre.

Michel Cals, président de la SAPV

Ancien maquisard de la 2ème compagnie et invité d’honneur, Guy Madern fait un discours, relatant son parcours dans cette histoire.

Guy Madern, président de l’Amicale des Maquis de Vabre

 

Guy Madern

Après le diaporama, 2 courts films d’époque sont projetés, datant de 1944, pris par le Dr Biau et sobrement commentés par Guy de Rouville :

  1. Le défilé de la Libération à Vabre,
  2. Le banquet des 500, repas pour tous les maquisards, servi sur la place du Terrier à Vabre par les sous-officiers allemands faits prisonniers à Castres.

Puis ce sont les témoignages filmés en 2005 de Guy & Odile de Rouville, visibles ici.

Pour terminer cette 1ère partie, un extrait de « La vallée des Justes » est projeté, documentaire consacré au sauvetage des juifs dans la vallée du Gijou pendant la seconde guerre mondiale, qui sortira en 2018.

2ème partie – le repas

Sur inscription préalable, ce sont 110 personnes qui prennent place autour de 3 longues tables, à la salle polyvalente de Vabre, avec la présence de Guy Madern, seul maquisard ayant pu venir, et des familles de maquisards.

Guy Madern et son épouse

 

Les participants se mettent en place. A droite de dos : la famille de Simon Glowinski (2ème Cie).

 

Familles de maquisards et participants nombreux se retrouvent à table pour échanger

Un micro baladeur permettra à ceux qui le souhaitent de prendre la parole.

Jacques Fijalkow raconte son histoire personnelle à Lacaune. Elise Rouvier dans le creux de son bras.

Élise Rouvier, jeune vabraise de 16 ans venant de remporter avec 3 autres personnes le Concours National de la Résistance et de la Déportation, est également présente et invitée à prendre la parole. Elle démontre avec une maturité certaine (et beaucoup d’émotion) que ce travail de mémoire est utile et qu’il peut avoir un écho dans la jeune génération.

Attention, écoute et silence accompagnent les intervenants

 

Les familles Israël (Claude Israël, 2ème Cie) et Rouville (Pol Roux, chef de secteur) se font face

 

La table centrale avec les familles Madern (2ème Cie) et Kirchner (René Kirchner, 2ème Cie)

 

Antoine d’Aragon, fils de Charles d’Aragon (Zone A, CDL du Tarn)

 

Marie-Anne Sire-Chevallier, fille du lieutenant Robert Chevallier, commandant la 3ème Cie, décédé des suites de ses blessures à l’embuscade de Cambous. Et la famille Schoenenberger (Marc Schoenenberger, dit Colibri).

 

Frédérique Cadier, fille du pasteur Jean Cadier (aumônier des maquis)

 

Pascal Kirchner, fils de René Kirchner (2ème Cie)

 

Mme Chabbert, de Vabre, raconte l’histoire du maquisard qui demanda une chambre à l’auberge pour passer quelques jours avec sa femme, qui finalement… n’était pas la sienne

 

Guy Cals, vabrais. Tout au fond, la famille Gautrand (André Gautrand, décédé malheureusement une quinzaine de jours avant cette soirée).

Le café final fut servi avec de l’authentique sucre de l’époque : dans  l’immédiate après-guerre, se jurant qu’elle ne manquerait plus jamais de sucre, Odile de Rouville constitua un stock de 100 kg, bien emballé dans une cantine. 2 kg furent ressortis pour l’occasion…

Stock de sucre constitué par Odile de Rouville au lendemain de la guerre

Préalablement, l’après-midi…

… l’exposition des Maquis de Vabre était ouverte, permettant aux visiteurs venus de très loin pour certains, de consulter photos, documents, … souvent à la recherche de traces de leur passé familial.

Le coin documentaire

 

La salle d’exposition

 

Crédit photos : Tristan Denis (Amicale des Maquis de Vabre).
Publicités